RPG - Long Island UC


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les mauvais côtés du métier [PV Joe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les mauvais côtés du métier [PV Joe]   Lun 23 Nov - 22:56


    Des fois je me demande qu'est-ce qui m'a pris de vouloir donner dans le métier de profs ? Non mais sérieusement, toute ma courte vie, je l'ai passé dans des salles de cours ou amphitéâtres et voilà que maintenant que je pouvais être libre de choisir autre chose, je m'étais à nouveau jeté là dedans. Bon ok, c'est assez jouissif d'enseigner ce que l'on sait, ce côté honorifique, quand tout le monde te regarde avec des yeux ronds, quand ils ne s'endorment pas sur leur tables.. Je n'en étais qu'à ma deuxième année, je n'étais même pas vraiment prof, mais eux m'avaient fait confiance et m'avaient choisi moi plutôt qu'un autre pour suivre les étudiants, pas beaucoup plus jeune que moi. Cette dernière chose était plutôt un avantage, je n'étais pas obligé de trop me prendre au sérieux, je pouvais blaguer avec eux, tout en restant à ma place. Après tout, même si ça m'embêtait, j'en recroisais certains dans les soirées ou les bars, même si cette année j'ai un peu posé le pied sur le frein de ce côté ci. En fait oui, je me demande pourquoi, mais en fait je sais, j'ai 26 ans, et je sais où je vais, et c'était assez cool de se dire ça, alors que d'autres galèrent encore pour savoir quoi faire. Moi, j'ai eu la chance de le savoir assez tôt, et malgré les mauvais côtés, c'est plutôt cool de se lever le matin et de se dire, ça y est je suis de l'autre côté, pas de stress pour rendre une copie dans les temps... même si le stress vient des cours à préparer, je connais mon job. Mais parlons en des mauvais côtés. En tant que chargé de TD, je n'ai évidemment pas le droit d'enseigner aux étudiants de master ou plus, à ceux qui savent vraiment qu'ils veulent jouer là dedans. En fait, je n'ai droit qu'aux premières et deuxièmes années, et c'est ça qui est frustrant. Car, il y a plus de la moitié qui viennent car ils n'ont rien trouver de mieux à faire, alors les maths finalement qu'est-ce qu'ils s'en foutent. Un petit groupe d'élèves seulement se détache du lot et montre leur volonté. Les autres ne font qu'être là (pour ceux qui s'en donnent la peine), alors moi je me dis tan pis pour eux, mais ce qui est chiant, c'est que leur copies, je dois quand même les corriger, et la plupart du temps ce n'est vraiment qu'un ramassis de conneries. Et ce jour là, j'en avais un bon paquet, entre un groupe qui m'avait rendu leur devoirs, et un autre groupe qui venait d'en faire un sur table, je me dis "et merde pourquoi ils ont droit au contrôle continu". Mais bon ce qui doit être fait, doit être fait. C'est avec un grand désespoir que je m'étais rendu dans la salle des profs après le repas pour faire mes corrections. En temps normal j'aurais pu rentrer chez moi, mais je savais qu'une fois mon cul posé sur le canapé, je serais en mode zapette, et tout ça trainerait jusqu'à je sais pas quand. Alors je m'étais réservé 2 ou 3 heures sur mon après midi pour la corvée, et armé d'un grand café (la machine à café à 30 centimes est mon amie) je m'asseyais à la table. A peine 10 minutes après que j'avais commencé, j'entendis la porte s'ouvrir et je relevais la tête. C'était Joe, décidément on se retrouvait souvent au même moment en tant que désespéré de la vie. Si je me rappelais bien, c'est d'ailleurs comme ça qu'on avait fini par se parler.

    - "Laisse moi deviner, café, démarche désespérée, copies à corriger ?"


    Je laissai échapper un rire. C'était pas mal de l'avoir ici, on était pas beaucoup de jeunes à enseigner, et c'était pas facile de taper la discute à des vieux croutons qui parlent de l'entrée au collège de leur gamins.. Et puis je m'entendais bien avec elle. Je me levai pour lui dire bonjour plus convenablement, et lui tirais une chaise pour qu'elle s'assoit, quel gentleman je faisais parfois (trop tentant désolé lol). Je me rasseyais à ma place et laissai échapper un soupir en reprenant mon stylo.

    - "Je crois que tu me sauves la vie, je viens de commencer et j'ai déjà envie de sauter par la fenêtre, ce qui ne m'aurait pas été de grande utilité sachant qu'on est au rez de chaussée"
Revenir en haut Aller en bas
Zack Preston

avatar

Masculin
Nombre de messages : 810
Age : 28
Etudes ou Metiers : Barman
Originaire de : Los Angeles
Age : 25 ans

Feuille de personnage
Don et maitrise: Humain normal
Amis: /
Ennemis: /

MessageSujet: Re: Les mauvais côtés du métier [PV Joe]   Mar 24 Nov - 1:08

    Ce bruit continue dans ma tête… une sorte de bip interminable qui refusait de se taire !! Je me retournais sans trop savoir ou j’étais lorsque d’un coup je tombais !! La chute n’avait pas été bien longue ni haute mais sa avait suffit à m’arracher un cri et à me faire ouvrire les yeux. Je compris alors que j’étais tout simplement dans mon lit et que le bip était celui de mon réveille qui s’égosillait afin de me réveiller… ben on peut dire qu’il a gagné celui là au moins !! Le mal de tête me pris soudain alors que je repensais à la soirée de la veille, un vieil ami de mon ancienne ville était de passage et nous étions donc sortis faire la fête, le problème c’est que j’avais un peu trop but et que je m’étais coucher au environ de huit heures du matin après avoir passer tout le répertoire de vieilles chansons que je connaissais dans la rue à tue tête. Je ne travaillais normalement pas aujourd’hui, une chance puisqu’un petit coup d’œil vers le réveille m’indiqua qu’il était tout de même trois heures de l’après midi… Alors pourquoi je m’étais lever au juste ?? Je restais là un moment assise par terre en me posant cette question avant de me souvenir que si je n’avais aucun cours à donner aujourd’hui, j’avais tout de même un bon paquet de copie à corriger. Rien que dit penser je poussais un soupir avant de basculer en arrière pour me cogner la tête par terre ce qui m’arracha cette fois un « aïe » sonore. Prenant tout de même mon courage à deux mains je finit par me lever pour me diriger vers la salle de bain, la première chose que je fit, fut d’ouvrire la pharmacie pour y chercher de l’aspirine, parce que avec un mal de tête comme sa je n’allais pas être bonne à grand choses… Une fois avaler je me préparer, serte j’aurais put faire sa chez moi, tranquillement, mais vue dans l’état que j’étais j’aurais certainement finit par m’endormir sur les copies et au final sa ne m’aurais pas vraiment avancer. Et puis me retrouver dans la salle des professeurs pour corriger des copies, c’était assez motivant, car je n’étais pas la seule c’était même parfois drôle lorsque l’on partageait les perles des élèves.
    Une fois prête, je sortis de mon immeuble qui se trouvait dans le quartier le plus pauvre de Long Island, il ne faut pas croire, être professeur sa ne rapporte pas beaucoup, surtout que j’étais professeur depuis seulement un an. Mon vieux tacot démarra au quart de tour comme toujours et je me dirigeais vers l’université tout en baillant et en me disant que j’avais hâte de dire bonjour à la machine à café !! Lorsque je déboulais sur le parking un élèves me coupa sous le nez sans même se soucier de moi, à voire ses habits et son aire hautain sa ne pouvait être qu’un riche… en général je ne prenais pas part à cette guerre stupide, je n’étais pas dans cette ville depuis assez longtemps, mais certains fils et certaines filles à papa avaient vraiment tendance à m’énervé !! D’ailleurs emporter par cette énervement j’enfonçais le klaxon tout en râlant au volant avant de me rendre compte que le klaxon ce n’étais pas vraiment l’idéale pour se remettre d’une gueule de bois… Je cessais alors, de toute manière sa ne servait à rien puisque le type n’avais même pas fait attention à moi, décidément sa me poursuivrais toujours sa !! Quoi qu’il en soit, je finis par trouver une place et par sortir de ma voiture pour me diriger vers la salle des professeurs, si j’avais put j’aurais certainement traîné les pieds en cet instant mais la machine à café se trouvais juste avant la salle alors je marchais normalement, j’avais besoins de ma dose de caféine au moins autant qu’un junkie avait besoin de sa dose d’héroïne !! Bref une fois armée de ma dose de café je poussais la porte de la salle des professeurs, c’était étrange mais moi qui n’avait jamais beaucoup aimé les professeurs du temps ou j’étais au lycée, j’avoue que cela était assez intimidant de se retrouver dans une salle avec justement que des professeurs !! Mais pour le coup j’avais de la chance car visiblement la salle était déserte à l’exception d’une personne qui avait l’aire d’être dans la même galère que moi. Joshua, un professeur de math qui comme moi débutait et avec qui je m’entendais très bien. D’ailleurs lorsque j’entrais dans la salle il devina tout de suite pourquoi j’étais là.


    « Tu m’as percé à jour !! J’en ai une super pile et je suis dans une super forme… sa vas être sympas !! »

    Je riais un peu, de toute façon corriger des copies était tellement ennuyeux qu’il fallait bien profiter de n’importe quel moment pour rire sinon on devenais vite fous !! Je m’approchais alors de la table et il se leva pour me tirer la chaise, je lui murmurais alors un merci avant de m’assoire et de poser mon tas devant moi. Les gens pensent que le fait d’être professeur d’Art consiste juste à mettre une note sur un dessin mais ils ignorent que cela comprend aussi la théorie et l’histoire de l’Art… et sa ce n’est pas toujours drôle !! Je riais en entendant les paroles de Joshua, je voulais bien le croire lorsqu’il parlait d’envie de suicide à cause de ces copies…

    « Je crois qu’ils ont placer cette salle au rez de chaussé exprès en fait… parce que je ne pense pas que nous soyons les seules dans ce cas !! En tout cas j’espère que mes copies seront un minimum distrayantes sinon je risque de m’endormir dessus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mauvais côtés du métier [PV Joe]   Sam 28 Nov - 21:11

    Après m'être rassis et repris mon stylo, je m'étais pris la tête dans les mains, presque à m'arracher les cheveux. Joe avait la tête de celle qui avait fait la fête la veille et quand je la vis sortir le paquet de son sac, j'en ai eu de la peine pour elle avant de voir ma propre copie à peine entamée. Je crois qu'on était vraiment dans des cas désespérément désespéré. Je me demande comment font les plus vieux pour ne jamais être dans cette salle, à croire qu'avec l'expérience on choppait l'habitude et on corrigeait en 2 minutes. A moins qu'avec l'expérience, il ne mettait plus qu'une note au hasard en fonction de la tête du client. Heureusement que les partiels sont anonymes. Je fis part de mon désir de sauter par la fenêtre du rez de chaussée en rigolant, même si cette idée paraissait très réjouissante au fond. Une petite semaine à l'hôpital à zapper sur toutes les chaines existantes, ça ferait un sacré repos. Je souris à sa réponse, en pensant qu'elle devait avoir raison. C'était pas pour rien qu'ils avaient installé cette pièce ici avec une machine à café juste à l'extérieur. Il y avait déjà du avoir des cas de suicide collectif dans les universités. Après cette pensée un peu glauque, surement dû à mon état suicidaire du moment, je ne pouvais qu'être d'accord avec ce qu'elle disait sur les copies divertissantes. Je bus quelques gorgées de mon café et lui répondis.

    - "Ouais quelques perles ne seraient pas de refus ! Si quelqu'un pouvait me refaire le coup du Frankestein et du E=M6 ça me sortirait de mon état catatonique. "


    Je rigolais rien qu'en repensant au fou rire que je m'étais pris cette fois là, heureusement que j'avais été seul, on m'aurait fait enfermé. Bon, aussi ce jour là j'avais aussi une gueule de bois, et n'importe quelle conneries me faisait prendre une crise d'hystérie mais bon. Ce qui me fit m'intéresser à l'état de Johana.

    - "T'es sortie hier soir ? T'es plus courageuse que moi, je me contente aux samedi soirs maintenant. La vie de prof est cruelle, on s'étonnera pas si je finis vieux grincheux"

    Il ne manquerait plus que ça. Mais c'est vrai que c'était pas facile de tenir le rythme avec tout ça. Au début de l'année dernière, je sortais trop souvent et à force de rencontrer certains de mes étudiants qui étaient eux moins bourrés que moi, j'ai décidé de mettre un frein et de privilégier les soirées chez l'un ou l'autre. Par contre pendant les vacances, ou certains week end, je retrouvais toute ma vitalité à vider les verres à grande vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
Zack Preston

avatar

Masculin
Nombre de messages : 810
Age : 28
Etudes ou Metiers : Barman
Originaire de : Los Angeles
Age : 25 ans

Feuille de personnage
Don et maitrise: Humain normal
Amis: /
Ennemis: /

MessageSujet: Re: Les mauvais côtés du métier [PV Joe]   Lun 7 Déc - 13:31

    Il est vrai que les corrections comme sa en groupe pouvait très vite tourner au fou rire alors que le faire seule chez soit était pour le moins ennuyeux… C’était peut être, non en fait sûrement même une des raisons pour laquelle je m’étais forcé à me lever, tout sa dans l’espoir que je ne me retrouverais pas seule dans cette salle des professeurs à corriger ma pile de copies. Une chance pour moi je n’étais pas seule, et une chance de plus ce n’était pas un de ces vieux professeurs qui passent leurs temps à descendre les élèves en les humiliant avec leurs copies, mais Joshua Malarkey, un jeune professeur de math qui comme moi savais rire quand il le fallait !! J’avoue que je me laissais facilement emporté par un fou rire lorsque parfois je lisais les débilités que pouvaient pondre les élèves, mais jusque là jamais encore personne n’avait fait mieux que celui qui avait écrit un jour que Picasso était un artiste de la renaissance italienne et que donc c’était un des peintres les plus vieux qui soit pour avoir put peindre par la suite Guernica qui représente un bombardement survenu en 1937… oui disons que sa aurait put si Picasso avait disons dans les six siècle !! Ce jour là je me rappelle avoir tellement rie que j’en avais pleuré, outre le fait d’avoir eu l’impression qu’en tant que professeur je ne servais visiblement à rien, car quand même c’était une sacré preuve de manque de travaille, la personne qui avait écrit sa avait tout de même illuminer ma journée et m’avait mise de bonne humeur !!
    Mais bon je doutais sérieusement qu’un jour un de mes élèves fasse mieux niveau conneries tout de même, sans parler que dans l’art on avait bien moins de perle qu’en math, alors bien souvent je me contentais de rire à celles que Josh partageait avec moi. Ceci dit j’avoue que moi non plus je ne serais pas contre quelques-unes unes aujourd’hui histoire de me réveiller un peu et de me mettre de bonne humeur, car pour l’instant on ne peut pas dire que ce soit la grande forme. Le mal de tête dut à l’alcool de la veille commençait à se faire sentir, en fait, je le soupçonnais de se faire sentir juste au moment ou j’avais pris une copie dans le tas pour me lancer dans la correction. Alalala si j’avais su… ben non en fait même si je l’avais sut, d’ailleurs je l’avais su, je serais quand même sortie avec Marco juste parce que cela semblait faire une éternité que je ne l’avais pas vue !! A l’époque ou j’étais adolescente Marco était celui avec qui j’avais fait les 400 coups et celui avec qui bien souvent je m’étais retrouver derrière les barreaux pour toutes sortes de délits, mais tout comme moi il avait changé et c’était ranger, aujourd’hui il était propriétaire d’un garage, et quand on sait à quel point il était doué pour trafiquer les voitures et les voler, on se dit que sa ne peut que marcher pour lui !! Bref résultat j’avais besoins de parler un peu sinon je risquais de piquer du nez sur mes copies et heureusement Josh était toujours partant pour une conversation :

    « Ohh oui j’avoue que moi aussi… le problème c’est qu’en Art les perles y en a beaucoup moins qu’en Math. Faudrait que je pense à leur enseigner quelques conneries juste histoire de nous faire rire sur la copie !! »

    Pour l’instant celle qui partait le plus dans la connerie et bien c’était moi, mais bon on se réveille comme on peut après une soirée aussi mouvementé. Visiblement je devais vraiment avoir une tête ) faire peur car Josh remarqua tout de suite, que j’étais sortie la veille, apparemment la gueule de bois ne passait pas inaperçus chez moi… Je poussais alors un soupire lassait pour répondre :

    « Oui en général moi aussi je me contente de sortir les week end, mais j’ai un ami qui a débarqué donc voilà… du coup j’ai bien besoins de quelque chose pour me réveiller et vite !! Oui j’avoue la vie de professeur est vraiment atroce, d’ailleurs c’est pas normal, parce que d’après ce que j’en ai vu hier soir la vie d’étudiant à l’aire bien plus cool… C’est franchement pas juste !! »

    Effectivement le problème à LI c’est que ce n’est pas une très grande ville et donc peu importe où on sort, on tombe toujours sur des étudiants, et même parfois sur certains des siens qui ne se gêne pas pour remarquer que l’on est bien plus ivre qu’eux… Bref il suffit de tout nier en bloque, je suis forte pour sa…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mauvais côtés du métier [PV Joe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mauvais côtés du métier [PV Joe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» [Guide]Du métier d'avocat
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» Alerte!Reponse aux magouilleurs et mauvais perdants...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG - Long Island UC :: Divers :: [Saison 4] :: Centre Ville-
Sauter vers: